Utiliser les émotions dans la médiation culturelle avec Musair

La médiation par les émotions, ça vous parle ? Fondé par Valentine Rondelez, Musair propose une médiation culturelle renouvelée, en partant des sensations que les œuvres, les lieux ou les objets peuvent susciter, plutôt qu’en se concentrant directement sur leur histoire. En somme, un moment de « reconnexion au beau, personnel et inspirant ».

Nous avons rencontré Valentine Rondelez pour qu’elle nous parle de son approche !

La Tangente : Quel est le déroulement d’un projet type ?

Valentine Rondelez : Lorsqu’un musée fait appel à moi, je cherche en premier lieu à échanger sur son projet général, afin de contribuer à ses objectifs d’expérience et de visitorat. Le ton sera en effet différent selon le lieu, les œuvres, mais aussi les valeurs exprimées par l’établissement. Pendant la phase d’idéation, mon approche se base sur une confrontation entre les a priori du public et les connaissances des conservateurs. Je fais en sorte de regarder l’œuvre comme si c’était la première fois et je me concentre sur une première idée. Ensuite, je cherche à sortir les œuvres de leur sarcophage pour montrer en quoi elles sont contemporaines, sans pour autant trahir l’histoire ou l’histoire de l’art. Je recherche des analogies avec le monde d’aujourd’hui et ce qui dans notre vie quotidienne fait sens avec l’œuvre choisie. Cela peut mobiliser un de nos cinq sens, des évocations, des anecdotes concernant l’artiste… créant un décalage original mais avec un vrai fond muséographique. De cette façon, je construis une narration et une atmosphère sonore et musicale qui seront validées par le client afin d’éviter toute erreur d’interprétation.

Pourquoi les établissements culturels font appel à vous?

Les musées cherchent à créer de l’immersion et ont envie d’ajouter à leurs offres davantage d’intensité pour créer un moment marquant dans l’esprit de leurs publics. Musair, avec sa manière surprenante d’aborder la médiation, attise la curiosité et crée des émotions inattendues chez l’utilisateur. A travers cette approche, nous parlons effectivement à des gens qui se sentent parfois complexés par rapport aux médiations scientifiques plus classiques. Ce premier contact émotionnel les met en confiance et les incite à explorer d’autres œuvres de la même façon, en se plongeant dans une expérience ressourçante, calmante et relaxante, mais surtout accessible. Le mantra de Musair, c’est de dire que là où se pose le regard, se porte la pensée. Il traduit le fait qu’en mettant l’accent sur un mot, sur une sensation ou sur un détail d’une œuvre, on peut marquer le spectateur, mobiliser son attention et faire en sorte que ce dernier ne déambule pas de manière inerte dans le musée.

Quels en sont les avantages techniques ?

Nous proposons les médiations sonores dans une web app qui ne nécessite aucun téléchargement. Grâce à un réseau 3g, 4g ou wifi, le visiteur peut accéder au contenu, en intérieur, en extérieur et même à domicile. Les structures ont simplement besoin de mettre en évidence le QR Code à flasher pour permettre à leurs visiteurs de profiter de l’expérience Musair. L’application est très rapidement personnalisable et il s’agit d’un outil facile d’utilisation qui permet de bénéficier d’un contenu sonore de grande qualité, sans les contraintes des audioguides. Mais nous pouvons implanter les capsules sonores dans l’application ou le système sonore du lieu s’il y en a un.

Parlez-nous de votre dernière réalisation.

Le parcours Jean de la Fontaine, le dernier projet en date, a été réalisé avec beaucoup de bonheur et fierté. Il a été mis en place dans le cadre des 400 ans de sa naissance, et a été labellisé par le Comité Jean de la Fontaine. J’ai travaillé en partenariat avec la maison natale de l’auteur et me suis servie de plusieurs typologies d’œuvres pour aborder sa personnalité, ses textes et la pérennité de son travail. L’idée était de donner envie à tout-un-chacun de replonger dans les fables, même en n’étant plus à l’école.

L’exposition démarre par un hommage anniversaire où les émotions sont directement présentes. Le premier portrait évoque ce que signifie Jean de la Fontaine pour nous tous, que l’on soit encore enfant ou bien parent et grand-parent. Il partage en quelque sorte nos vies, en passant de génération en génération. Au niveau du format, il s’agit d’une capsule sonore à trois voix, incluant une petite fille et un comédien.

Quel projet vous a particulièrement marqué ?

L’écriture de Madame Bovary fait partie des projets les plus émouvants pour moi car j’ai proposé de réécrire certains moments de l’histoire à la première personne et en 2021, une sacrée expérience ! D’autant plus que ce projet a été validé en une nuit par le comité scientifique, m’apportant une grande joie et une pleine satisfaction concernant le travail fourni.

Combien coûte une prestation Musair ?

Je propose au musée un budget forfaitaire pour l’accès dédié dans l’application et ensuite un budget pour l’écriture et la réalisation des capsules sonores. Ce budget sera assez simple à bâtir si chaque œuvre à commenter est isolée des autres, il sera plus important si les capsules s’enchainent selon une trame à imaginer, si plusieurs voix sont nécessaires ou si une transposition dans d’autres langues est souhaitée.

Enfin, 3 mots pour résumer Musair ?

Écriture, émotion et accessibilité !

Contactez Valentine Rondelez pour vos projets de médiation.

abonnez-vous à notre newsletter